12 novembre 2008

Un peu obsessive-compulsive

Lundi soir, j’ai su qu’il restait une course à la saison 2008, soit celle du Cap-Saint-Jacques. Mon cerveau de simili-coureuse était déjà en mode « saison morte », mais je me suis dit « tiens, ça ne me ferait pas de tort de courir un 10 km; ça me fera un belle longue sortie en fin de semaine ». Quand je me suis inscrite, mon intention était sincèrement de courir joyeusement cette distance sans pression aucune…

Mais c’était bien mal connaître mon cerveau d’obsessive-compulsive. À peine cinq minutes après m’être inscrite, je me suis rendu compte que si je courais cette course à la vitesse de mes insouciantes longues sorties du dimanche, j’obtiendrais un temps de 1 h 15, une honte qui me hanterait pendant des mois. J’ai donc fait une croix sur le petit jogging mollo. Va falloir que je coure!

Après de savants calculs (et beaucoup de pensée magique), j’ai déterminé que je serais probablement capable de courir 10 km en 54 minutes. Ça veut dire 5 minutes 24 par kilomètre. J’espère que mon lapin intérieur sera plus efficace qu’au parc Lafontaine, parce que j’avais alors couru le premier kilomètre en 1 minute de moins que prévu (4:30 au lieu de 5:30), ce qui m’a mise dans le pétrin pour le reste de la course (mon rythme moyen a finalement été de 5:22).

Mais là, la « has been » en moi a refait surface, et je me suis mise à rêver de bien mieux. Il y a de nombreuses années, j'ai obtenu des succès inespérés dans certains sports, notamment en volleyball (équipe nationale de volleyball intérieur et nombreux succès en volleyball de plage), ce qui fait que, maintenant, je pense toujours que tout est possible. Malheureusement, il s’est déjà écoulé presque 10 ans depuis mes derniers exploits sportifs, et durant ces 10 ans, je me suis plus ou moins laissée aller (j’ai même engraissé de 30 livres, mais je les ai reperdues il y a deux ans).

Bref, j'ai peut-être déjà été une athlète, mais je ne le suis plus du tout. Malgré tout, je ne peux m'empêcher de penser que je peux atteindre de nouveaux sommets, dans un nouveau sport, et on dirait que j’espère que ça arrivera précisément en fin de semaine.

Évidemment, je ne vous dirai pas les chronos dont je rêve pour samedi parce que 1) vous me trouveriez ridicule - et même arrogante et 2) j'aurai l'air trop folle lorsque je vous annoncerai, la tête basse, un chrono peu rutilant de 1 h 10 dans mon prochain billet… Quoi qu’il arrive, j’aurai au moins acquis quelques notions d’humilité!

Ah! Et puis, si vous avez quelques conseils à me donner pour ne pas que je me casse trop les dents, n'hésitez pas! En fait, ce que j'essaie de dire dans ce billet, c'est que ça me stresse vraiment de participer à un 10 km! Je n'ai jamais couru cette distance, même en entraînement.

4 commentaires:

Serge a dit…

Hum! Si j'ai bien compris, tu n'as jamais couru aussi loin. Tu as fait un 5km en 26:50... Alors, tu devrais visser un chrono de 55:40 pour un 10km, soit un rythme de 5h30. C'est sur que tu vas trouver ca lent pour les 2-4 kilomètres, mais il faut que tu 'résistes' à la tentation d'accélérer.

Si au 8ieme kilomètre, tu te sens bien alors passe à 5:15. Mais, comme c'est ton premier 10km... il y a des chances que tes quadriceps te fassent mal à partir de 5 km... C'est pas grave! Tu continues car les grandes filles n'abandonnent pas facilement!

Je te souhaite beaucoup de plaisir!

Serge

Geneviève a dit…

Merci beaucoup serge! Je vais résister de mon mieux à la tentation d'aller trop vite!

Sylvie Mallard a dit…

Serge t'a donné un précieux commentaire.
Il ne me reste qu'à te souhaiter beaucoup de plaisir. Possible que j'y sois comme cheerleader!

coureuse08 a dit…

eh je reconnais bien mon état avant mes premiers 10k! Un conseil: ne te focalise pas sur un temps, tu verras bien comment ton corps va réagir demain! Comme te l'a dit Serge, modères toi sur les premiers kms et après le 5e essaie d'accélérer... Personnellement je suis meilleure à donner des conseils qu'à les suivre ;=) En tout cas je te dis à demain on se croisera probablement! D'ici là relaxe!