20 avril 2009

5 km de la Banque Scotia

Le demi-marathon et 5 km de la Banque Scotia est vraiment un bel événement et je compte bien y participer tous les ans si je le peux! Hier, j'ai pris part au 5 km et j’ai adoré mon expérience. Quel beau parcours! Entièrement sur le bord de l’eau. La vue est superbe. Pendant que je courais, je me disais : « Ah! C’est dommage que je souffre autant, je ne peux pas apprécier la beauté du paysage! ». Pourtant, je m’aperçois aujourd’hui que plein de belles images me sont restées en tête.


Ce 5 km était assez important pour moi. C’était la course « de base » de mon année, celle qui me servira de référence en vue des 10 km et des demi-marathons auxquels je vais participer au cours des prochains mois. Je visais 25 minutes, mais je savais que ce serait assez difficile à atteindre comme objectif. En entraînement, j’ai du mal à tenir plus de 5 minutes à un rythme de 5 minutes par kilomètre, alors 25 minutes à cette vitesse, ça me semblait un peu impossible. Il n’empêche que j’étais déterminée à atteindre cet objectif. Je me suis bien préparée psychologiquement à accepter le plus d’inconfort possible. Maintenant que j’ai un peu d’expérience, je sais que j’ai toujours tendance à flancher psychologiquement aux environs des 2/3 de la course, et je me suis préparée à aller chercher tout ce que j’avais en moi.

Au départ, je me suis mal positionnée. Je croyais être suffisamment en avant, mais en même temps je voyais bien que les gens devant moi n’avaient pas l’air de coureurs très expérimentés. Je n’ai pas osé m’avancer plus, mais j’aurais dû! Quand le sifflet a sonné, plein de gens devant moi sont restés plantés sur place. Littéralement! J’ai donc fait un slalom assez agressif entre les gens (et j’avoue que j’ai lâché quelques sacres – j’ai mauvais caractère quand je suis stressée), mais j’ai eu beaucoup de misère à avancer pendant au moins 10 secondes. Ça m’a pris 16 secondes à me rendre jusqu’à la ligne de départ, mais j’ai fini par me sortir du troupeau et prendre mon rythme de croisière.
Les deux premiers kilomètres ont été exigeants, mais relativement agréables. Je sentais que j’avais le bon rythme. (Il faut dire qu’on avait le vent de dos au départ.) Quand on s’est mis à avoir le vent de face, j’ai commencé à trouvé ça plus dur. J’ai suivi un grand monsieur pendant un petit bout de temps pour qu’il me cache du vent, mais j’ai l’ai dépassé après une minute ou deux parce que je perdais de la vitesse. Je regardais ma montre compulsivement pour m’assurer de garder le rythme. Comme je m’y attendais, c’est à partir de la fin du 3e kilomètre que j’ai commencé à souffrir vraiment. J’étais très essoufflée et j’avais très, très, très envie de me mettre à marcher. Mais j’ai réussi à rester positive. Je me disais : « Tu es capable », « C’est juste un petit moment de souffrance et quand ce sera fini tu vas être super contente » et aussi, je ne sais pas trop pourquoi, je me disais : « C’est l’fun être essoufflée ». En tout cas, ça a assez bien marché, j’ai continué à courir à un rythme convenable, quoique mon 4e kilomètre a été assez mauvais. Au 5e kilomètre, j’ai accéléré, et j’ai pu faire un sprint acceptable à la fin. Il y avait un gars devant moi, et je me suis dit : « Je vais le doubler. J’aime ça battre des gars. »


Voici mes temps par kilomètre (à partir du coup de départ, et non du moment où j’ai passé la ligne de départ) :

1er km : 4:57
2e km : 5:01
3e km : 5:00
4e km : 5:16
5e km : 4:40

On voit donc que j’ai maintenu le rythme de manière assez constante pendant 3 km, avant de m’effondrer au 4e km pour enfin très bien me reprendre au dernier km.

Temps total selon ma montre, que j'ai partie dès le coup de départ : 24:57,83

Temps selon la puce de Sportstat (de la ligne de départ à la ligne d’arrivée) : 24:50 – J’ai donc battu mon objectif de 10 secondes finalement. C’est très bien! J’ai aussi battu de presque 2 minutes mon temps d’octobre dernier. Maintenant je suis prête pour les plus longues distances.

Prochaine course : le 10 km d’Ottawa!

8 commentaires:

Sylvie Mallard a dit…

Le 10 km d'Ottawa fut mon premier 10 km à vie. J'ai adorée cette course. Le parcours est magnifique. Il y a beaucoup de coureurs et il faut faire sa place. Je vais penser à toi!
Bravo pour ton 5 km. Une vrai championne :-)

Véronique a dit…

hehe moi aussi j'aime ça battre des gars!!! Je suis déçue de t'avoir manqué, que Guillaume et moi t'avions manqué. En plus avec une camisole des Vainqueurs. Voyons! Félicitations encore! Woah tu l'as rocké ce dernier km!

Cool pour Ottawa! Je crois que le 10km est en soirée. Tu te dis pas très matinale alors ça risque de t'aider!

coureuse08 a dit…

Bravo Geneviève! Je t'ai apercue à ton départ mais tu étais dans ta bulle ;=) A ce soir à l'entrainement!

ErycC a dit…

Félicitation c' est un très beau chrono. Ottawa arrive vite alors bonne prépa.

Geneviève a dit…

Merci Sylvie! J'ai hâte de voir le parcours à Ottawa! (Et je vais essayer de mieux me positionner au départ, quoiqu'il y a probablement moins de "touristes" dans un 10K).
Véronique, peut-être que j'étais cachée par le gars que j'essayais de dépasser et que c'est pour ça que vous ne m'avez pas vue. Et pour Ottawa, c'est vrai que ça fait mon affaire que la course soit à 18 h 30. C'est LA course à laquelle je veux peaker ce printemps, alors l'horaire est de mon côté. (Je ne sais pas trop quelle stratégie adopter côté transport et hébergement par contre...)
Anne, désolée de ne pas t'avoir vue. C'est vrai que j'ai tendance à être dans ma bulle avant une course! On se voit ce soir!
Eryc: Merci! C'est vrai qu'Ottawa arrive vite, mais je sens que je suis sur la bonne voie!

Sylvie a dit…

Crois-moi ... il y a BEAUCOUP de ''touristes'' dans ce 10 km. C'est une grosse course avec beaucoup de participants. Ton départ ne sera pas rapide, mais quand tu auras trouvée ta place, tu retrouveras ton rythme.

Anonyme a dit…

J'ai tendance à être assez "touriste", mais j'me fous pas à l'avant des pros comme toi quand même :)
Caroline

Geneviève a dit…

Oh! J'espère que je n'ai pas l'air de me considérer comme une pro. C'est tout le contraire, crois-moi. J'essaie d'être positive et d'avoir confiance en moi comme coureuse, mais c'est tout. En tout cas, c'est sûr que tu n'es pas une touriste. Tu es une vraie bonne coureuse et tu as attitude de gagnante. (Et je suis absolument certaine que tu te mets à courir dès que le coup de départ se fait entendre, ce qui n'était pas le cas des coureurs qui se trouvaient devant moi; ils n'ont pas bougé d'un poil!)